J'ai vu Jésus

J'ai vu Jésus


Le Pasteur Salomon A. Folorunsho est le fondateur et directeur des  ICCFMissions. Ci-après il raconte comment en tant que jeune homme il était sur le point de mourir quand rencontra Jésus, lequel le guérit et le sauva. Il reçut alors une vision du paradis et de l’enfer et Jésus lui assigna la tâche d’atteindre les personnes laissées pour compte de ce monde avec l’Évangile de la Bonne Nouvelle. Cette rencontre avec Jésus changea sa vie complètement.

PDF - Télécharger: "J'ai vu Jésus" (clic droit -> Enregistrer sous)

 

J'ai vu Jésus -


ma rencontre avec le SEIGNEUR


Solomon A. Folorunsho

 

Table de matière

Préface de Solomon A. Folorunsho
Remerciements
Dédicace
Préface du Pasteur Gunther Geipel, Allemagne
Préface du Pasteur Wayne Osborn, Texas, USA

Chapitre 1 – Ma naissance
Le pacte du grand-père
Une naissance surnaturelle

Chapitre 2 – Ma Vie
Grandir avec la maladie omniprésente
Les jours d’école
La vision de Sœur Mary
Mes rêves dans l’internat
Deux événements majeurs
Un rayon de soleil sur mon cœur noir
L’avant-goût de Jésus
Encore un événement étrange

Chapitre 3 – Ma rencontre avec le Seigneur
La tromperie occulte
Malade à mourir
Comment la maladie commença
La nuit inoubliable
Guérit et gracié
Une visite des cieux et de l’enfer
Ma conversion
Le changement de nom de famille
Le premier jour comme chrétien dans une assemblée chrétienne
L’expérience du baptême du Saint Esprit
Des combats après la pénitence
La vision de Mary s’accomplit

Chapitre 4 – Mon ministère
Obéissance à l’appel
Viens et aides-nous
Plusieurs d’autres révélations
Itinérant de lieu en lieu
Le temps d’attente
Le début du Ministère

Conclusion
Voulez-vous recevoir Jésus comme votre Seigneur et Sauveur?



Préface de Solomon A. Folorunsho

Dès l’ouverture de ce livre, mon cœur va à toutes les personnes dans le monde qui n'ont pas encore accepté Jésus Christ comme leur sauveur.
Je prie que le Seigneur leur apporte la lumière qui a éclairé ma vie, alors que je me dédie à prêcher la Bonne Nouvelle aux quatre coins du monde (Jean 4:34, Luc 2:49).
Rien dans ce monde ne reste vivant à jamais dans les vies humaines. Pour beaucoup, les rêves semblent avoir disparu avant même d'avoir germé. Nombreux sont ceux qui enchaînent échec sur échec dans leurs relations et ont l'impression qu'elles semblent toutes englouties dans la mort. Les cimetières sont remplis d'ambitions qui n'ont jamais été réalisées car la source de vie de Jésus Christ, n’en a jamais fait partie pour un aboutissement victorieux. Pourtant, puis-je courageusement déclarer aujourd’hui qu'il est VIVANT? Le tombeau n'a jamais pu le retenir! Il est VIVANT! La mort n'a jamais eu de contrôle sur Lui! Il est VIVANT et prêt à fermer chaque tombeau de désespoir dans votre vie.

Remerciements

Je rends grâce à Dieu pour tous mes frères et soeurs au village Emuhi, qui ont persévé à mes côtés pendant ma persécution. Ainsi qu'aux membres et au président de l'Église de Mission Chrétienne, qui m'ont donné l'opportunité d’avoir un avant- goûter de l'expérience du ministère.
Je reste reconnaissant pour toujours à Dieu pour les intercesseurs que j'ai rencontrés à Owo, leur responsable particulièrement, pour l'encouragement et la direction qu'ils m'ont donnés par leur ministère. Un grand merci aux missionaires et membres du Centre International Chrétien pour les missions. Mes remerciements aussi à l'évangéliste Moses, le pasteur Ben, Evelyn, Paul et tous les autres qui m'ont grandement aidé à rédiger ce livre.

Dédicace

Je dédie ce témoignage à Celui et Seul, qui est fidèle en vérité, dans la réalisation de Son dessein parfait dans ma vie. Sans le Seigneur Jésus Christ, je ne comprendrais même pas ce que veux dire ce mot «DÉDIER». Cependant, j'ai découvert que, se dédier à Jésus crée à jamais une base dans votre vie, qui s'épanouit dans tous les aspects de votre existence. Je dédie ce livre au corps du Christ dans son ensemble, partout dans le monde, aux brebis perdues qui doivent encore prendre le pli et à vous qui trouvez le temps de lire mon témoignage. Je souhaite sincèrement que votre vie soit touchée par la façon miraculeuse dont Jésus a transformé la mienne. Je dédie ce livre à ceux qui ne croient pas et cherchent une réponse à leur situation. Peut-être vous posez vous les mêmes questions qui ont noircies mon propre cœur: d'où viens-je, pourquoi suis-je là et où vais-je d’ici? Laissez-moi vous dire ces quelques mots d'encouragement: «vos réponses se trouvent en vous et attendent d'être révélées par la vraie source de Vie, Jésus». Asseyez-vous, détendez-vous et laissez mon témoignage vous mener dans la vie passée, présente et future de cet homme, qui était aveuglé par ce monde jusqu'au jour où... J'AI VU JÉSUS.


Préface du Pasteur Gunther Geipel, Allemagne

Il n’y a guère de personnes qui m’aient impressionné comme mon ami et frère, Solomon du Nigeria. Il a vu Jésus, le ciel et l’enfer. Son cœur brûle pour les perdus. Son livret est évangélique, pouvant mener les personnes vers la rédemption en les sortant du péché, de la sorcellerie, de l’occultisme, de l’ésotérique, du satanisme et de beaucoup d’autres sortes d’iniquités.
Nous avons aussi besoin de Jésus comme notre rédempteur. Le livret de Solomon est un livret prophétique qui nous met au défi et nous donne une vue intérieure des plans de Dieu. Au Nigeria le réveil apostolique produit beaucoup d’expériences extraordinaires dans la vie quotidienne des personnes comme vous et moi, lorsque le Christ de la bible révèle Sa personne en Afrique. Pour Solomon il est très important que chaque chrétien cherche Dieu pour découvrir son appel personnel, sa destinée et afin de servir dans cette capacité, tout en se laissant guider par le Saint Esprit. Il n’y a que de cette façon qu’il est possible d’avoir un réveil apostolique qui ne disparaisse pas mais perdure et grandit jusqu’au retour de Jésus.
Lorsque le pasteur Solomon a visité l’Allemagne nous avons reçu non seulement un enseignement solide de la Parole de Dieu mais des signes, des prodiges et des miracles se produisirent de toute évidence pendant ces réunions. La puissance de Dieu était parmi nous quand cet humble homme de Dieu enseigna et démontra la Parole Vivante. Il a traversa l’Europe avec l’évangile du Royaume imprégné profondément dans son cœur; afin que d’autres puissent savoir qu’il y a un royaume et que son roi qui s’appelle Jésus viendra bientôt! Réunion après réunion, l’Europe était en train d’être transformée par le message et le messager auteur de ce livret.
Investissez dans votre destiné éternelle, en préparation, car le  jour où vous vous trouverez  devant le Seigneur pour rendre compte de votre vie est inconnu. Apprenez de l’expérience du pasteur Solomon qui se trouva lui-même à regarder dans les yeux d’un Sauveur qu’il n’avait jamais vu ni connu auparavant, y trouvant un amour dont il ignorait l’existence. Qui sait, peut-être serez-vous le prochain à vous trouver debout devant Jésus? Par conséquent, mon souhait est que ce livret devienne un feu dévorant dans votre âme, tout comme ma vie a été marquée par la Parole de Vie que nous a portée mon frère et ami, le pasteur Solomon Folorunsho.


Préface du Pasteur Wayne Osborn, Texas, USA

C’est un grand honneur pour moi d’écrire la préface de ce livret puissant intitulé: «J'ai vu Jésus». Il a un impact immense sur le lecteur, même occasionnel. Je crois sincèrement qu’un livre doit être le reflet de l’auteur et un miroir de la vie de cette personne.
En avril 2004, j’avais le privilège de rencontrer Solomon A. Folorunsho servant alors en Allemagne. Dès le début de notre relation il était évident qu’il ne s’agissait point  d’une relation ordinaire dans le ministère. Notre rencontre initiale et notre relation ont été orchestréesdans les cieux et sont nées du Saint Esprit. Dans les semaines et mois qui suivirent la destiné céleste devait nous propulser ma femme et moi à visiter le Nigeria à la persistance continuelle du pasteur Solomon. Ce fut pendant ces trois semaines de ministère intense au Nigeria en automne 2004, que j’étais emmené à connaître personnellement le cœur et la vie de cet auteur, prédicateur, missionnaire et homme de Dieu.
Le caractère divin et l’intégrité spirituelle de cet auteur, ses collaborateurs, co-pasteurs et missionnaires confirment l’authenticité de la puissance de ce livre à donner naissance à une vie nouvelle à ses lecteurs.
Solomon est un homme dont la mission est d’atteindre les âmes non-atteintes dans les endroits les plus reculés du monde et ayant comme tâche l’évangélisation globale.
Alors que vous lirez ce livre, il se peut que s’éveille en vous le désir  d’avoir une rencontre personnelle avec notre merveilleux Seigneur, Jésus Christ, tout comme ce fut le cas pour le pasteur Solomon. Vous aussi, ferez l’expérience d’un changement de vie radical, d’une transformation qui donnera un but et une signification éternelle à votre vie. Que vous soyez, vous aussi, inspiré et béni en lisant ce livre béni.


Chapitre 1 – Ma naissance

Le pacte du grand-père

Qui peut faire obstruction à Dieu alors qu’Il veut agir? Ou encore, qui peut nuire à un enfant de Dieu, alors que c’est Lui-même qui l’a envoyé dans le monde afin d’accomplir une mission spécifique.  Par mon exemple, vous vous rendrez bien à l’évidence, qu’absolument personne! (Jérémie 1:5, Isaïe 46:10)
Mon grand-père était vraiment diabolique, selon la définition du dictionnaire: di·a·bo·li·que
1.    Étant de caractère du diable; satanique
2.    Approprié au diable, spécialement concernant le degré de méchanceté ou cruauté.
Moyennant un pacte démoniaque il put prolonger sa vie. Puisque mon père fut son premier fils survivant, les conventions du pacte stipulaient qu’à chaque fois que mon père engendrerait un fils, l’enfant devait mourir afin que le vieil homme (mon grand-père) puisse préserver sa vie.
Quand ma mère accoucha de son premier fils, elle le vit, impuissante dans sa douleur, mourir dans des circonstances atroces. Puisque la pauvre femme n’était pas au courant de ce pacte démoniaque, elle ignorait également l’origine du problème. Pauvre femme! Elle dû supporter toutes ces douleurs sans broncher. Qu’aurait-elle pu faire? Cependant le vieil homme était craint de tous.
Quand elle accoucha de son deuxième fils, elle se doutait alors de ce qui pourrait arriver de nouveau. «Oh, que celui-ci puisse survivre!», se disait-elle, angoissée. Sa peur était bien fondée. Ce qu’elle redoutait arriva. L’enfant mourut aussi dans des circonstances mystérieuses.
Après la naissance de deux filles qui restèrent en vie, ma mère tomba enceinte de moi. «J’espère que ce sera aussi une fille» se disait-t-elle. «Comment pourrais-je supporter la mort de trois fils devant mes yeux?»
 Mon grand-père mourut dans l’intervalle de la mort du second fils et de ma conception. Avec sa mort on aurait pu croire qu’elle serait délivrée de ce joug. Mais ce ne fut pas le cas. Un parent de mon grand-père arriva et lui intima de ne pas se réjouir trop tôt, car tant qu’il vivrait, elle ne pourrait accoucher que dans sa tombe!

Une naissance surnaturelle

Alors que ma mère était dans les douleurs pour me mettre au monde, les médecins luttaient pour sauver la vie du parent qui avait parlé de la continuation de la malédiction.
À la Gloire de Dieu, j'ai été mis au monde, respirant l'air frais de la vie avant qu'il ne nous quittât.


Chapitre 2 – Ma Vie

Grandir avec la maladie omniprésente

J'étais toujours malade en grandissant. Tout commença alors que j’avais seulement  sept jours. Un ulcère se forma sous mon aisselle. C’était trop pour un bébé de sept jours. Ma mère pensait que j’allais mourir, mais j'ai survécu.
Je n'étais jamais en bonne santé de façon durable. Une maladie en chassait une autre. Finalement, j'étais malade quotidiennement. Le visiteur non-désiré arrivait toujours vers 16 heures ou à la tombée de la nuit. De surcroît, je vivais en permanence dans la crainte des sorciers, des magiciens et des mauvais esprits. Chaque nuit je souffrais de cauchemars et d’afflictions.


Les jours d’école

Mes jours d’école furent comblés de moments difficiles. Je manquais souvent l’école puisque j’étais souvent malade, ou alors on me ramenait à la maison malade avant la fin des cours. En dépit de cela je finissais toujours bien l’année scolaire. J’étais en permanence soi le premier ou deuxième en classe. Mais mes connaissances excellentes à l’école primaire me causèrent d’avoir plus d’ennemis que d’amis.
Puisque j’étais trop faible pour m’imposer dans des combats avec les autres, étant parmi les plus jeunes de la classe, les plus forts et plus âgés que moi me menaçaient toujours avant les promotions: «Hé, petit bonhomme, si tu as de meilleures notes que nous, nous allons te tabasser.» La période des vacances était une période ou j’avais la crainte de me faire battre par les plus grands. Je récupérais alors  mon carnet de notes je m’enfuyais avant que ceux-ci ne s’en rendissent compte.
Il arriva même, que je réponde quelques fois faux aux questions posées expressément pour éviter la colère de mes camarades de classe. D’autre par j’avais des problèmes avec mon père à la maison quand je rentrais avec des notes moins bonnes que d’habitude. Il me battait à cause celles-ci.

La vision de Sœur Mary

Dans le village voisin vivait une femme, chrétienne, nommée Mary. Cette femme était haïe et persécutée à outrance par les habitants du village. À une époque elle était même ostracisée. Si on la saluait, entrait dans sa maison, lui achetait ou vendait quelque chose on s’attirait la colère de tout le village. Mais cette femme supporta tout.
Mary vint dans notre maison au village alors que j’étais encore très jeune. Elle dit à mes parents qu’elle avait eu une vision me concernant. «J’ai reçu une vision concernant votre fils.» Raconta Mary. «J’ai vu qu’il était devenu chrétien comme moi. À cause de cela vous le persécutiez sévèrement. Mais il résista et devint plus tard un serviteur de l’évangile qui mena beaucoup de personnes de l’obscurité à la lumière.»
Mon père écouta patiemment jusqu’elle eut terminé de parler et la renvoya brusquement, elle et sa vision en lui disant: «Vous feriez mieux de partir et donner naissance à un fils vous-même pour qu’il devienne pasteur, mais ne pas le mien.

Mes rêves dans l’internat

Dans l’internat où j’étais logé, une fois, j’eus un rêve qui fit rigoler tout l’internat, quand je le leur racontai. Dans mon premier rêve, j’ai vis un grand rassemblement de personnes noires et blanches, d’hommes, de femmes, de petits et grands, de personnes de tous les niveaux sociaux à qui je prêchais. Pendant que je méditais sur mon rêve, j’en reçus un second dans lequel je voyageais en vélo à travers des villes, des villages, des champs et des agglomérations rurales sonnant une cloche d’une main et appelant les gens à la repentance. Lorsque je me réveillai je commençai à rigoler de façon incontrôlée. D’autres camarades se rallièrent à mon rire quand je leur racontai mes drôles de rêves.

Deux événements majeurs

Peu de temps après ces rêves, l’ennemi était encore au travail pour enlever ma vie. Depuis ma naissance je prenais tout le temps des médicaments et mon armoire en était pleine. L’une des injections que j’avais reçues à cause de mes maladies m’avait presque provoqué une paralysie à vie. Après ladite injection dans mes fesses une jambe se paralysa, l’endroit de la piqûre enfla et un abcès se forma. Une fois ma jambe opérée, le pus qui en sortit était incroyable. J’ai survécu malgré tout!
Une nuit alors que j’étais encore à l’école, je vis un esprit dans une forme humaine. Sa hauteur n’était pas naturelle. Après cela je m’évanouis de façons répétitives. Mon père fut alors appelé de chez lui au village pour venir me chercher. Vers minuit, il appela une voiture pour me ramener à la maison.
En route cette nuit là, sur le chemin entre Iruekpen et Ekpoma, une force tira le volant, du chauffeur qui hurlait d’effroi. Cette force démoniaque essayait de projeter la voiture dans le ravin qui entourait la route. D’étranges clous transpercèrent les roues avants de la voiture. C’est par miracle que nous ne sommes pas tombés dans le ravin. Une fois arrivé à Ekpoma, j’étais complètement rétabli.

Un rayon de soleil sur mon cœur noir

«Celle-ci était la véritable lumière, celle qui, en venant dans le monde, éclaire tout être humain.» (Jean 1:9, Semeur).
Une chose est sûre: il importe peu à quel point on est éloigné de son créateur, le cœur aspire toujours à ce que le vrai propriétaire le remplisse.
Pendant les années de ma non-croyance, le rayon de lumière de Dieu illuminait continuellement  mon cœur noir. Ces questions m’occupaient la pensée incessamment: «D’où viens-je? Pourquoi suis-je ici? Et où vais-je d’ici?» Ces questions m’embêtaient tellement que même après tous ces concours de danse et autres plaisirs mondains, je ressentais toujours un grand vide dans mon cœur, car mes questions demeuraient sans réponses.
D’une façon ou d’une autre mes pensées tournaient continuellement autour de l’histoire de la création et ce qui s’était passé dans le jardin d’Eden – des choses que j’avais apprises à l’école primaire.

L’avant-goût de Jésus

Durant ma scolarité, un évangéliste arriva pour prêcher. Je me trouvai à l’écouter attentivement, bien que ce qu’il disait ne représentait pas mon style de vie. La prédication de cet homme me marqua tellement  que je donnai ma vie à Jésus. J’étais tellement heureux. Mais aussitôt que je quittai cet endroit (champs de mission) mes anciens amis m’incitèrent à retourner dans les salles de danse me poussant à rejeter tout de suite la décision que j’avais prise au champs de mission.

Encore un événement étrange

Dans ma communauté il y avait un lieu sacré qui inspirait la crainte. Mes ancêtres étaient  toujours des prêtres de cette idole. À la mort du prêtre, son premier fils prenait la relève pendant trois ans avant de transmettre cette fonction à l’homme le plus âgé de la famille. Ainsi, tout premier fils était initié à l’idole dès la naissance. Il était tabou d’informer quiconque de l’extérieur de ce qui se passait pendant l’initiation ou même de trahir un des «secrets sacrés». On nous faisait croire que les «esprits» n’épargnerait ni nous, ni le profane ou le traître.
On nous racontait des histoires bizarres et angoissantes au sujet du sanctuaire. Puisque j’étais le premier fils de mon père, moi aussi, je devais être initié. Mais à chaque fois quand qu’on se préparait pour l’initiation, un problème ou une maladie m’en empêchait. Une fois, tout préparé pour l’initiation, j’étais alors dans la ferme de mon neveu, lequel avait été initié auparavant. Étant curieux, j’avais voulu savoir avant les faits, ce qu’on allait faire avec moi. Alors qu’il me racontait, un bâton pointu vola de je ne sais où et me piqua au front. Le sang coula à flot et je perdis connaissance. Cet incident me garda d’être voué à l’idole aussi.


Chapitre 3 – Ma rencontre avec le Seigneur

La tromperie occulte

Vu que j’étais toujours malade, et la peur d’être tué ou blessé par des ennemis m’ont poussé à consulter des magiciens et des médiums. Je devins leur client assidû et tous leurs rites m’étaient familiers. Mon désir de satisfaire mes ambitions personnelles, de devenir un ingénieur en chimie, un savant en science nucléaire, ainsi qu’un secouriste des pauvres et oppressés me plaçèrent toujours aux mauvais endroits. Cependant Dieu me secourait de tomber entre les mains de Satan, à cause de son plan divin pour ma vie. (Proverbes 14:12)
Il y eu un incident par rapport à  un métaphysicien  renommé pour ses pronostiques très souvent exactes, concernant des événements de portée nationale ainsi que des affaires des particuliers. Cet homme devint mon idole quand je fis la connaissance de la Société Nigérienne pour la Métaphysique par le biais d’une petite annonce dans un quotidien. Je m’empressai d’arriver à Bénin City afin d’obtenir une brochure pour devenir un de leurs étudiants. C’est à ce moment là que j’appris que j’allais être emmené quelque part pour être initié. Après cela un «professeur» me serait assigné comme adjoint. Celui-ci devait m’enseigner, me guider et me donner des informations quotidiennes. Je devrais toujours lui obéir. Tout ceci excitait mon esprit curieux.
Ce «professeur», me dit-on, serait le consolateur dont la bible dit, qui nous enseigne tout et nous guide dans la vérité. Je ne savais pas qu’ils étaient entrain de me tromper pour me faire entrer dans un pacte avec un mauvais esprit, et non pas avec le Saint Esprit, dont parle la bible. Je retournai dans mon village pour me préparer pour l’initiation. C’est lors de mes préparatifs que je tombai malade de façon incurable. J’étais au lit jusqu’à ma rencontre avec le Seigneur.

Malade à mourir

«Le nom du Seigneur est une tour fortifiée; le juste y accourt et il est en sécurité.» (Proverbes 18:10)
Comme vous  avez pu le lire dans les chapîtres précédents  j’étais un jeune homme ambitieux qui voulait jouir au maximum de la vie. J’allais d’une salle de danse à une autre. Déjà, je gagnais des concours de danse et des spectacles. La perspective de devenir un membre d’une secte ésotérique et mes visites fréquentes chez les magiciens me procuraient un faux sentiment de sécurité. La notion que la vie sans Christ n’est ni sûre, ni protégée m’était inconnue. Inconnue également la notion que l’ennemi - Satan - pouvait s’introduire à tout moment et endommager ou achever ma vie.
Mon ambition grandissait de jour en jour. Tout ce qui m’intéressait c’était profiter de ma vie. Mais une maladie m’envahit à l’improviste, résistant à la médecine anglaise tant bien qu’aux  traitements traditionnels. Ma famille luttait de toute leur force pour sauver ma vie. Quand tous les traitements connus et les médicaments prescrits furent  incapables de me soulager ou de donner la guérison, nous nous sommes tournés vers les produits indigènes et diaboliques pour chercher la guérison.
Pauvre de moi! La mort s’approchais de moi à grands pas. «Jeune homme», me dit un médecin magicien, «les ennemis t’ont chargé d’une malédiction. Tu as été ensorcelé et les dieux ont refusé de se laisser attendrir. Prépare-toi à mourir.» Il me disait cela tout en me réclamant tout l’argent qu’il me restait. Tous mes espoirs étaient perdus. J’étais retourné à la maison pour mourir.
Chaque nuit me paraissait trois fois plus longue. Je me tordais de douleur et en souhaitant voir le jour. Mais quand le jour arrivait, il n’apportait aucun soulagement. Le liquide qui s’écoulait de ma jambe, ressemblait à de l’eau. Ma jambe était enflée mais l’eau puait tellement que personne ne voulait s’approcher de moi. La mort me regardait en face. À cet instant précis où je souhaitais absolument vivre, tout ce en quoi j’avais mis ma confiance, me faisait défaillance. Le mélange de crottes animales et humaines des docteurs magiciens et mes amulettes ne m’apportèrent pas l’aide requise. Je regardais la réalité en face: «Allais-je réellement mourir? Qu’allait-il m’arriver? Où irai-je d’ici?» La peur me frappa. Ce fut une nuit sombre et calme.

Comment la maladie commença

Au cours d’une certaine nuit dans mon village. Je sortis avec des amis pour courir les filles. Quand nous étions arrivés  à l’endroit dit, j’avais eu des sensations bizarres dans les jambes. J’avais tout juste réussi à rentrer à la maison. «Ne t’ai-je pas averti de telles actions nocturnes?» m’accusait mon père.
Bientôt mes jambes enflèrent et un liquide puant en dégouttait comme de l’eau. Après quelque temps je ne pus plus quitter la maison. Cependant avant d’être cloué au lit, une fille chrétienne, dont j’avais joint le groupe de jeunesse chrétienne pour connaître des filles, me donna le magazine «L’Epée du Seigneur» de John. R. Rice. Je le lus sur mon lit de douleur.

La nuit inoubliable

C’est alors sur ce lit de malade qu’était couché ce garçon dont l’avenir  avait été si lumineux et prometteur. La vie quittait graduellement  mon corps si pâle. Je me rendis à l’évidence  que je n’allais pas voir le lendemain. J’étais terrorisé par la douleur de la maladie et l’angoisse de la mort. Je sifflais et gémissais tout au long.
Je n’avais plus de force ni pour réciter les quelques prières religieuses que j’avais apprises dans ma jeunesse ou pour demander secours aux dieux de la famille. Non, puisqu’ils m’avaient tous aussi laissé tomber, j’avais complètement perdu foi en eux.
Les autres au village dormaient paisiblement Quelqu’un s’intéressait-il vraiment au sort  d’un garçon du voisinage en train de mourir alors qu’il  souhaitait  désespérément vivre? Pendant que je me débattais seul cette nuit là avec cette dure réalité, étant dans mes derniers soupirs, quelque chose de surnaturel mais bien réel survint. Ce fut une nuit inoubliable!
Une croix se tint devant moi. Sur elle se trouvait un homme cloué par les mains et les pieds. Le sang coulait de ses blessures aux mains, aux pieds et de son côté percé. La douleur que j’éprouvais n’était nullement comparable  aux souffrances  de cet homme. Toute la scène était pleine d'amour et de passion. Depuis la croix il s'adressa à moi, me disant: «Mon fils, je ne suis pas la raison de ta maladie. C’est le diable qui en est responsable à cause de tes péchés. Si tu peux croire en moi, et te repentir, je te pardonnerai tous tes péchés et je te guérirai de ta maladie.» (Psaume107:15,16)

Guérit et gracié

Ni les mots d'un formidable orateur, ni la plume d'un brillant écrivain ne peuvent décrire dignement les œuvres miraculeuses de notre Dieu. Ses voies sont insondables. Louange au Seigneur!
Il a montré sa grâce de façon si étonnante à un pécheur, mourant, qui ne la méritait  aucunement.  De chaudes  larmes s’écoulèrent sur mes joues. Je répondis en disant: «Seigneur, je crois. Je me repens et je te donne ma vie. Sauve-moi.» Immédiatement l'horreur de la mort me quitta. Toute douleur était partie. La paix renfloua mon esprit comme je ne l’avais jamais connue. Tout  était si réel. Je sus que j’étais sauvé et guéri. Alléluia!

Une visite des cieux et de l’enfer

Pendant que je me réjouissais, une vision me vint du ciel. Je me tenais debout devant le portail magnifique de la Cité Céleste, de laquelle se répandait une lumière éclatante et une immense gloire qui défie toute description humaine. Pendant que j’étais  fasciné par cette gloire resplendissante et merveilleuse, je vis une grande multitude de personnes chantant et adorant une personne revêtue de gloire et de lumière étincelante, son éclat remplissant les cieux.
Quand je regardai ce grand homme, je découvris qu’il était le Seigneur Jésus, le Roi de Gloire. Le Seigneur marcha vers moi avec un grand livre dans sa main. Sur ce livre était écrit: «Le Livre de la Vie». Le Seigneur ouvrit alors une nouvelle page et écrivit mon nom sur elle avec un stylo sur lequel était écrit «Le sang de Jésus», et Il me dit: «La paix soit avec toi». Luc 10:20, Rév. 20:15.
Il me montra sa gloire et la beauté du Ciel. Il me dit que ce royaume glorieux était préparé pour moi, mais que ce n’était pas encore le moment pour moi d'y entrer. Le Christ me dit qu’il y avait d’innombrables quantités de personnes comme moi qui appartiennent à ce royaume.
Je vis d’autres pages vides dans ce livre et le Seigneur me dit alors qu’II voulait sauver beaucoup de personnes au travers de moi. Il me dit: «Vas et remplis ces espaces vides et les pages restantes du Livre de la Vie avec les noms de ces gens». Lorsqu’Il me dit ceci, un ange vint à mon côté et m’emmena vers le bas, très bas dans les ténèbres. Je pouvais entendre les cris de personnes grandement tourmentées. Je vis quelque chose qui ressemblait à un grand lac profond. Il y avait du feu partout. À l’intérieur, les gens étaient dans un grand tourment. Ils gémissaient, crachaient et juraient. Quelques-uns  en blâmaient d’autres. (Isaïe 14:9, Luc 16:19-31).
Je reconnus quelques personnes qui étaient déjà mortes sur cette terre. Elles me disaient de retourner sur terre et d’avertir les gens afin qu’ils ne viennent pas ici. Nous sommes remontés à nouveau jusqu’au moment où en chemin l’ange me quitta et je revint dans mon corps.

Ma conversion

Après cette apparition je me repentis de tous mes péchés.  Je me débarrassai  de toutes les amulettes que j’avais reçues des différents sorciers, magiciens et enchanteurs. Je cessai toutes mes relations immorales avec le sexe opposé. Je mis un terme aux danses dans les discothèques et ainsi qu’à toutes autres façons de vivre du monde.

Le changement de nom de famille

Je changeai mon nom de famille d'Aidamebor à Folorunsho. Le nom Aidamebor signifie: «L'idole Juju est horrible», tandis que que Folorunsho signifie: «Dieu prendra soin de toi». Le fait en est que ma vie fut complètement  transformée. Je devins une nouvelle création. (2. Corinthiens 5:17)

Le premier jour comme chrétien dans une assemblée chrétienne

C’était pendant une nuit de samedi que je fus sauvé et guéri. Le lendemain matin, je demandai à mon petit frère de couper le cheveux de ma coiffure particulière. Il n’arrivait qu’à peine à croire ce que je lui demandais concernant mes cheveux. Néanmoins, obéissant, il me coupa les cheveux proprement.
Je  cherchai une bible. C’est alors que je trouvai une Version Standard Révisée, partiellement déchirée. Je m’en allai  à l’assemblée. J’ai pleuré tout au long du service. Lorsque le pasteur prêcha, il me semblait qu’il savait ce qui m’était arrivé durant la nuit. Quand le temps arriva, et que je me  présentai pour témoigner comment Dieu m’avait sauvé et guéri, toute l’assemblée fut touchée. Ma conversion fut le sujet de conversations de toute l’assemblée.
Suite à ma conversion, je ne suis plus jamais retourné à l’endroit où je partais à la recherche des filles.

L’expérience du baptême du Saint Esprit

Sept jours après ma conversion la puissance du Saint Esprit vint sur moi avec le signe des langues inconnues. C’est depuis là que mon zèle pour le Seigneur s’accrût et je  partis d’un lieu à un autre pour témoigner et prêcher. (Actes 1:8, 2:4)

Des combats après la pénitence

Après ma conversion, un frère me remis un livre de Kenneth E. Hagin: «L’Autorité du Croyant». Ce livre, et un second intitulé «Comment Libérer Sa Foi» m’ont beaucoup aidé. Après avoir lu le premier livre «L’Autorité du Croyant», une première épreuve arriva cette même nuit. Un être se tenait devant moi, comme une bête dans une forme humaine. Il  était très agressif et me pourchassait. Je me suis rappelé instantanément de ce que j’avais lu et déclarai: «Démon, je te lie et je te chasse au dehors Au nom de Jésus», et cela suffit. (Luc 10:19, Philip. 2:10-11)
Mon cœur sauta de joie en sachant que le nom de Jésus avait réellement une puissance si prodigieuse que les démons et Satan lui-même ne pouvaient y résister. La nuit suivante j’eus un rêve et je vis une créature belle et séduisante au regard aimable; mais je pressentis la présence du mal partout. Alors, je me rappelai de la puissance dans le nom de Jésus et dis «Toi, puissance des ténèbres, je te lie et je te chasse au dehors Au nom de Jésus». Et elle sortit également.
Environ quatre jours après ma conversion j’eus un autre rêve. J’étais alors debout dans des eaux sales dans lesquelles se trouvait une déesse. Dans l’eau, il y avait beaucoup de poissons et de serpents qui étaient contrôlés par la déesse. Ils voulaient toucher mes jambes et me blesser; mais à chaque fois qu’ils s’approchaient des étincelles s’élançaient de mon corps à leur encontre. Je me demandai alors ce que je faisais là. Je liai la déesse et la chassai au dehors Au nom de Jésus. Immédiatement, tout disparut! Depuis ces expériences j’ai grandi dans la foi.
Quelques nuits après, on m’envoya faire des courses, accompagné par plusieurs jeunes frères. Sur notre chemin de retour nous étions passés par la cour d’une école primaire isolée. Dans cette cour, j’entendis les bruits étranges d’une réunion qui se déroulait dans le noir (et pas de voix humaines). Je me rappelai de mon autorité en tant que croyant et je commandai: «Vous, les sorcières et magiciens, en réunion ici, je vous lie et je vous chasse au dehors Au nom de Jésus».  Ils s’enfuirent tous au loin.
Quand nous nous sommes approchés de la maison, les mêmes bruits étranges  nous parvinrent depuis les hauteurs d’un arbre proche. Je lançai la même commande et la même chose se produisit. Peu après, alors que je roulais justement en motocycle en direction du prochain village pour aller prendre quelques tubercules de patates du jardin d’école de mon père. Pendant que je roulais à vive allure, la route que j’avais empruntée si fréquemment se dédoubla et je me trouvai dans un buisson. Un accident! Quand ceci arriva, je vis une main divine qui m’enleva de la moto et me déposa sur un objet qui ressemblait à un lit. Le diable voulait me prendre ma vie, mais Dieu me secourut. Seul un petit  bout s’était cassé de ma dent. Depuis ce moment là, j’eus la victoire sur Satan, la maladie et la peur.

La vision de Mary s’accomplit

Tout ce que Mary avait vu dans sa vision s’est accompli dans ma vie. Quand je suis né de nouveau mon père me persécuta à l’extrême, tellement que j’avais dû m’enfuir de la maison pour poursuivre mon appel de Dieu. Mon père et ma mère n’ont pas su où je séjournais pendant dix ans. Seulement après cette longue période, ont-ils appris où j’étais et entendu parler du progrès de mon travail. Finalement, ils changèrent leur attitude à mon égard, et non seulement acceptèrent ma vision, mais aussi en firent partie.


Chapitre 4 – Mon ministère

Obéissance à l’appel

«Leur ouvrir les yeux et les faire passer des ténèbres à la lumière et du pouvoir de Satan à Dieu pour qu’en croyant en moi, ils reçoivent le pardon de leurs péchés et une part d’héritage avec ceux qui appartiennent à Dieu.» (Actes 26:18, Semeur 2000).
Ayant été instruit à la porte magnifique du Ciel d’aller et d’emmener d’autres personnes comme moi à Christ et de remplir le Livre de la Vie avec leur noms, et à cause du message des gens rencontrés en enfer à leurs bien-aimés sur terre, je fus envoyé pour prêcher l’Evangile de Jésus Christ à plein-temps.
Je devins un collaborateur dans l’assemblée que je fréquentais après ma conversion. Je commençais le service d’ordre pour ensuite enseigner aux enfants et ainsi de suite jusqu’à prêcher devant l’assemblée. Dieu me préparait pour les tâches qui devaient suivre. Toutes ces choses se déroulèrent pendant une courte période.
Dans mon zèle pour répondre à l’appel de Dieu, j’avais rejoint un ministère dans lequel j’établissais des églises. Chaque assemblée vers laquelle j’étais envoyé en mission s’agrandissait considérablement. Très rapidement, il y avait de la croissance en nombres et spirituelle.

Viens et aides-nous

En dépit du fait que j’accumulais beaucoup de succès dans toutes les églises où j’étais envoyé pour prêcher. Je n’étais pas satisfait parce que ce n’était pas l’œuvre entière que Dieu m’avait appelé à faire! Non, loin de là! Il s’agissait de bien plus que d’organiser des églises.
J’eus une révélation dans laquelle je vis une grande chaise à proximité du surveillant général du ministère sous lequel je travaillais. Cette grande chaise, haute et prestigieuse m’était réservée.  Mais en regardant cette place tant admirée que tous s’attendaient à me voir occuper, je sentais bien que ce n’était pas là ce que Dieu m’avait appelé à faire. Alors je décidai de sortir du bâtiment.
La vue devant moi fut à la fois pitoyable et effrayante. Je vis que pendant qu’on  m’offrait cette place prestigieuse où me relaxer et commencer à célébrer et m’organiser, une longue file de personnes de toute race, âge, et statut social avançait dans une direction. Cette colonne était si longue qu’aucune fin n’était en vue. Cette vision m’horrifia! Au fur et à mesure que les gens avançaient, ils tombaient dans l’étang de feu. Les pleurs et les grincements bouleversèrent mon cœur. Quand ces gens tombaient dans l’enfer ils me faisaient signe de leur venir en aide. Dès lors, je ne fus plus jamais le même.

Plusieurs d’autres révélations

Je voyais souvent les différents pays du monde. Parfois je voyais des gens affamés et amaigris qui m’appelaient pour les nourrir. Des prisonniers m’appelaient pour leur ouvrir les portes de la prison. Plusieurs étaient enchaînés, ils m’appelaient pour venir les libérer de leur captivité. Alors que d’autres qui étaient malades m’appelaient pour venir les guérir.
Parmi ces abondantes révélations que j’eus, je vis aussi un arbre colossal dans le centre du monde, avec des branches répandues dans tous les coins et recoins de la terre, rempli de millions et millions de fruits. Ils étaient tous prêts à être moissonnés. Ensuite le Seigneur me parla disant: «Ceux-ci sont le reste de la récolte des personnes non atteintes du monde. Vas dans le monde et emmène-les dans mon royaume. C’est dans ce but que je t’ai sauvé». (Jean 4:35)
Peu après cela, j’eus une autre vision dans laquelle je vis la terre avec des fruits amassés dans de différents endroits, cultures, tribus et peuples. Le Seigneur me parla de nouveau disant: «Vas vers tous les tribus et peuples de ce monde et fais ce travail pour lequel je t’ai envoyé et récolte ces fruits pour Mon Royaume».

Itinérant de lieu en lieu

Ayant reçu l’appel de Dieu la même nuit que j’avais reçu Jésus et toutes les révélations qui avaient suivies. J’avais hâte d’aller et d’accomplir la vision que le Seigneur m’avait donnée. Cela m’amena vers beaucoup d’églises, ministères et leurs responsables, de même que vers des faux prophètes. Quelques-uns étaient suspicieux envers moi pendant que d’autres me dédaignèrent et se moquèrent de moi. J’étais confus.
Au milieu de ses tribulations j’eus une révélation dans laquelle je vis une route qui conduisait vers tous ces ministères que j’avais connus. Je me dis: «Je vais aller auprès de ces ministères afin qu’ils puissent m’aider à répondre à l’appel du Seigneur et accomplir les grandes œuvres qu’Il m’a demandées d’accomplir».
Quand je suivis la route j’arrivai à la première œuvre missionnaire et je vis qu’ils fêtaient leur jubilée. En fait, ils n’étaient aucunement concernés par les milliards d’âmes du monde entier qui allaient en enfer et que Dieu m’avait appelé à libérer.
Je m’en allai alors vers un autre ministère où ils étaient en train de peindre et de repeindre leur bâtiment. Ils ne prirent aucune note de moi. Ce fut la même histoire dans tous les ministères que je visitai dans ma révélation. Tant de personnes  étaient en fête à cause de ce qu’ils avaient obtenu, des propriétés et des titres ecclésiastiques. Personne n’était concerné.
Je rencontrai un «grand» homme de Dieu en particulier qui était en train de laver les pneus de sa voiture neuve. Je m’approchai  de lui et dis: «Monsieur, j’ai été appelé par Dieu pour aller sauver les âmes perdues de ce monde. Pouvez-vous m’aider et me dire s’il vous plaît comment accomplir cette tâche?» Il me regarda avec mépris, se pencha à nouveau en avant, se concentrant sur le pneu qu’il  était en train de laver.
Confus, je retournai là où la route avait commencé, étonné  de ce que  je sois si mal traité par ceux qui étaient supposés avoir la même vision que moi. Après un moment je me dis: «Je vais rebrousser chemin, car peut-être seront ils plus attentifs». Alors que j’étais en train de faire demi tour, la route vers eux fut barrée.
Pendant que j’étais toujours là à regarder attentivement, je vis un ancien chemin étroit mais magnifique. J’eus un vif désir d’emprunter ce chemin. Lorsque j’avançai sur ce sentier je vis un beau bâtiment solide sur un roc. C’était une construction en or, en argent et en pierres précieuses.
Dans le bâtiment je rencontrai un missionnaire très vieux et blanchi. Il vint pour m’accueillir et me dit: «Sois le bienvenu. Je t’attendais. Il est temps pour moi de retourner dans mon pays». Il me donna les clefs du bâtiment et commença son voyage vers son pays lointain.
En me disant au revoir, il m’étreint en me déclarant les différentes choses que j’allais rencontrer. Il me dit de ne pas m’en faire car il reviendrait pour me prendre avec lui dans le pays lointain une fois que j’aurais fini mon travail. Loin, loin derrière les montagnes, je vis le pays vers lequel il se dirigeait. Il était très beau et glorieux.
Alors que je retournais sur la véranda de la maison avec les clefs en main, la révélation se termina.
La situation se compliqua d’avantage lorsque je commençai à rechercher ce vieux missionnaire blanchi de ma vision, en allant de ville en ville, de lieu en lieu, me renseignant sur celui qui avait été depuis longtemps dans ce pays et qui m’avait remis son ministère. Pendant cette période je rencontrai un certain frère qui était très humble et plein de sollicitude. Il organisait un groupe de prières d’intercession, priant pour les gens non atteints. C’est lui qui me transmit une pleine compréhension de la signification de ma révélation. Alors je restai quelque temps avec ce frère et j’implantai des églises pour confirmer mon appel.

Le temps d’attente

Après avoir passé quelque temps avec ce frère, je retournai à Benin City vers 1988 pendant deux ans et trois mois, étudiant, priant et cherchant la face de Dieu. Pendant ce temps je reçus l’enseignement du Seigneur et ma sensibilité à la voix du Seigneur mûrit.

Le début du Ministère

Le Seigneur m’a envoyé pour lancer un ministère missionnaire avec comme vision d’atteindre ceux qui n’ont pas été joints à Benin City.
Dans l’obéissance envers le Saint Esprit je suis arrivé à Benin City sans rien, ni manteau, ni bâton ou bourse, comme les premiers disciples (Luc 10:4) et me confiant à Dieu pour sa provision divine. Merci à Dieu qui, pendant toutes ces années, a pourvu à tous mes besoins, a lui-même prouvé ainsi que c’est Lui qui m’a envoyé.
En 1991 j’ai fondé le «Centre Chrétien International pour les Missions» pour accomplir la vision concernant les non-atteints dans l’obéissance à la vision céleste que j’avais reçue de Dieu. «Ainsi, ô roi Agrippa, je n’ai pas été désobéissant à la vision céleste.» (Actes 26:19, Darby)
Depuis ce temps, ce ministère a implanté beaucoup d'églises et a de nombreux missionnaires à plein-temps parmi les non-atteints du monde dans les grandes cités, les villes, les villages, les campagnes, les petites colonies, les régions rurales et les campements près des rivières et des lacs.


Conclusion

Ô! Qui aurait cru, qu’un pécheur mourant comme moi serait sauvé par Jésus? Ô, qui aurait pu penser que Jésus me connaissait même parmi le grand nombre de pécheurs? Qui aurait pu penser qu’Il sauverait quelqu’un comme moi, quelqu’un qui était perdu et laissé pour mort dans le péché? Mais voyez, maintenant Il a pardonné mes péchés, Il m’a lavé par son sang, équipé avec Sa Parole et m’a envoyé dans le monde, pour être un ambassadeur pour toutes les nations et prêcher la Bonne Nouvelle à toute la création.
Et vous, mon cher ami, qui êtes en train de lire ce livre ... Êtes-vous un chrétien consacré, né de nouveau? Soyez fort et ne regardez jamais en arrière, car le Seigneur est avec vous. Votre espérance est au ciel et votre récompense vous y attend.
Êtes-vous un chrétien récidiviste? Retournez à votre premier amour et sachez que Jésus vous aime malgré tout et qu’Il est près à vous pardonner, restaurer et à agir de nouveau dans votre vie.
Êtes-vous un pécheur comme je l’étais? Alors, vous avez besoin de Jésus tout comme j’avais besoin de Lui. Il est près à vous sauver comme Il m’a sauvé. Où que vous soyez maintenant, Il est justement près de vous, frappant à la porte de votre cœur. Vous ne serez plus jamais la même personne. (Révélation 3:20)

Voulez-vous recevoir Jésus comme votre Seigneur et Sauveur?

Alors, faites cette prière:
Abba, Notre Père qui est dans les cieux,
je viens maintenant vers toi de tout mon cœur.
Pardonne-moi mes péchés. Je les regrette tous et je me tourne vers toi.

Seigneur Jésus, viens dans mon cœur,
Lave-moi de tous mes péchés.
Sauve-moi maintenant et donne-moi la vie éternelle.

Saint Esprit, viens dans mon cœur,
Remplis-moi avec ta puissance et entoure-moi de ta présence.
Conduis-moi, guide-moi et enseigne-moi Ta Parole au le nom de Jésus.

Abba, Père, aide-moi maintenant en tant que ton enfant à connaître la raison pour laquelle tu m’as emmené sur cette terre ainsi que ta volonté pour ma vie et comment  l’accomplir.
Au le nom de Jésus. Amen.

Votre rencontre avec le Seigneur ne sera pas nécessairement la même que la mienne, car le Seigneur nous rencontre chacun de nous selon nos besoins. Je prie que chaque jour vous rapproche dans une relation étroite et personnelle avec Jésus. Je vous encourage d'aller vers Lui par la prière, en le suivant en tant que disciple et en lisant la bible. Car je peux vous dire, mon ami, avec une grande assurance, que vous aussi, pourrez déclarer un jour ... J’AI VU JÉSUS!

 

Pour donner des commentaires, s'il vous plaît écrivez à: solomonfolorunshoiccfmissions.org